La radicalisation ? Explication...

April 5, 2016

 

Tout le monde parle de « radicalisation ». Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ? Etymologiquement, cela signifie un retour à des racines: « radix ». La radicalisation peut ainsi être considérée comme le processus, politique, religieux ou social, de ce retour utopique vers un passé toujours décrit comme glorieux.

 

Un individu radical se voit promettre la possibilité d’une telle marche arrière, grâce à la propagande d’un groupe radical avec lequel il s’identifie. C’est la promesse du jihadisme et, sous une forme et à un niveau différents, c’est aussi celle de l’islam radical, du christianisme radical, du judaïsme radical, du bouddhisme radical en Birmanie ou au Japon pendant la seconde guerre mondiale, et d’autres factions.

 

Mais il y a des conditions : l’obéissance aveugle aux règles promues par un guide, un engagement jamais jugé assez satisfaisant. En retour, l’individu en voie de radicalisation, s’imagine effectivement revenir à un passé glorieux mais il peut aussi justifier sa propre radicalité, sa vision en noir et blanc, sa violence, son désir d’absolu, sa haine de tout ce qui fait obstacle à ses désirs… ainsi qu’il va pouvoir se fondre dans une nouvelle famille soudée avec une forte identité.

En étudiant l’organisation des groupes radicaux, ainsi que les individus radicaux et leur rhétorique, on peut constater que tous se présentent systématiquement comme des victimes d’attaques extérieures, comme une union incassable et comme le pourvoyeur d’une vie de rêve où tout sera possible. En revanche, ce qui est perçu comme un obstacle est à combattre avec la plus grand férocité, en commençant par ce qui fait différence, comme l’altérité, même en soi. Le sacrifice est alors considéré comme une preuve d’engagement.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload