« Seigneur, si cet État est un État d'égarés, alors extermine le..."

February 13, 2018

 

   

 

« Seigneur, si c’est Etat est un état de Khawarij (égarés), alors extermine le, tue tous ses leaders, et déchirent son drapeau », telle a été l'une des dernières prières de Al-Adnani en novembre 2016, l'ancien chef de la propagande de l'EI. On connait la suite...

 

2014 : nos victoires prouvent que nous sommes des véridiques

Daech a conquis des villes importantes en Irak et en Syrie, grâce à de multiples facteurs, dont la foi toute puissante de ses troupes en leur victoire imminente. L’exploitation de la rancœur des sunnites vis-à-vis des chiites, une forte propagande internet, la sauvagerie des djihadistes sur les civils, ont permis de faire pencher la balance en leur faveur en provoquant des mouvements massifs de fuite. Ces victoires, étaient-elles la preuve de leur reconnaissance par Allah ?  Ces victoires n'étaient-elles pas la preuve de leur reconnaissance par Allah? Les "martyrs" tombés au combat, n'allaient-ils pas rejoindre le firdaws (paradis) ? Ou les combattants revenus du front, ne pleuraient-ils pas de ne pas avoir été tués?"

 

 

2017 : Si les victoires prouvent une intervention divine, alors que penser des défaites ?

Gouverner des régions entières avec des lois décrétées comme étant parfaites, car « divines », mais appliquées et interprétées par des hommes imparfaits, n’est pas chose facile. Surtout quand s’y ajoutent le racisme des djihadistes étrangers, l’inégalité de traitement entre les combattants, ou la brutalité inouïe avec laquelle l’organisation "Etat Islamique" a appliqué sa vision de la sharia. Une telle autorité a dressé contre elle la population qu’elle était censée éduquer, ainsi que celle des Kurdes et des Arabes des régions voisines. Appuyée par l’aide internationale, il n’aura pas fallu longtemps avant que ces derniers ne reprennent les territoires perdus.

 

Dieu n'a donc plus soutenu ce pseudo "état islamique"  ?

 

 

Les terroristes interprètent les récits religieux à leur sauce

 

Dans la logique des « daéchiens », la fin des temps est proche, Damas va tomber, Issa (Jésus Christ) va descendre du ciel pour conduire les armées du Mahdi, contre celles du Dajjal à Jérusalem. Ensuite, Constantinople, Rome et le reste du monde tomberont à leur tour.

 

Le problème avec cette prophétie, c’est l’épreuve de la réalité, mais aussi celle du temps. Outre que après son énonciation antique, Constantinople soit devenue la capitale musulmane d’un califat de 5 siècles, puis celle d’un pays qui l’a rebaptisée Istanbul. 

Que dire de Washington ou Pékin, qui ont depuis longtemps remplacé Rome, comme points stratégiques dans le monde ? « Et bien… », « Parce que… », « En fait… », Blablabla.

 

Entre temps, les villes conquises puis reconquises par Daesh souffrent de la puanteur de cadavres djihadistes toujours bloqués sous les débris. Quant aux autres, ils n’ont pas pleuré de ne pas avoir été tué au combat, ils ont fui.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload